Un patient nous parle de sa thérapie en ligne

man-3639055_1920 reduit.jpg
 

1. De quoi souffriez-vous avant la thérapie?

J’avais des pensées intrusives et une phobie sociale. Honnêtement, je ne connaissais pas ces termes avant la thérapie. J'avais des pensées dont je ne pouvais pas me débarrasser. Ces pensées étaient à la fois ridicules, dénuées de sens et me faisaient honte. Je ne m’en sortais pas du tout, je ne savais pas comment les gérer. Je ne voulais pas y penser mais je les avais constamment à l’esprit.

2. Selon vous, quelles étaient les causes de ces problèmes?

Je me disais que ça venait de facteurs environnementaux et de mon éducation. J'ai aussi parfois pensé que je pouvais avoir un dysfonctionnement dans mon cerveau, peut-être d’origine génétique.

3. Qu'avez-vous appris pendant la thérapie?

J'ai appris que mes pensées étaient assez communes chez d'autres personnes souffrant de TOC. Avant d’apprendre cela, je me sentais extrêmement coupable des choses que j’avais dans la tête. J'ai aussi appris comment surmonter mon anxiété sociale.

4. Quelles habitudes avez-vous décidé de changer?

J'ai décidé d'appliquer certaines techniques vues en thérapie à ma vie de tous les jours. Par ailleurs, je perçois et gère mes pensées intrusives différemment. J'ai aussi pris (et continue de prendre) des mesures pour surmonter progressivement ma phobie sociale. Avant nos séances, je ne savais pas qu’une amélioration graduelle était possible. J’avais toujours pensé que la confiance en soi était une compétence qu’on avait ou qu’on n’avait pas.

5. Comment votre vie a-t-elle changé après la thérapie?

Tout d’abord, j’ai maintenant une meilleure compréhension de mes problèmes. Nous avons parlé de leurs causes et du processus de traitement en profondeur. J'ai arrêté de m’en vouloir et de me mettre tout sur le dos. J'ai plus de courage pour me lancer un défi social et je sors volontiers de ma zone de confort. La fréquence de mes pensées intrusives a considérablement diminuée. Maintenant, même quand j’en ai, je peux les affronter plus facilement.

6. Comment avez-vous vécu le fait que la thérapie soit en ligne?

Au début, j'avais des doutes. Je pensais qu’une thérapie en ligne ne serait pas aussi efficace qu'une thérapie normale. Mais après quelques séances, j’ai réalisé qu’il n’y a pas de différences significatives si on dispose des équipements appropriés (ordinateur portable, appareil photo, microphone, etc.). Être à la maison vous met plus à l'aise. Cela peut aussi vous faire gagner du temps et vous donner plus de flexibilité.

7. Recommanderiez-vous la thérapie aux personnes souffrant de pensées intrusives ou d’anxiété sociale?

Je recommanderais absolument une thérapie à quiconque souffre d'anxiété sociale ou d’obsessions. Vous pouvez vous sentir à l'aise dès le début avec Rebecca. Elle vous fera mieux comprendre votre situation avec ses analyses. Elle a une approche centrée sur le patient et elle trouvera les meilleures méthodes et solutions qui vous conviennent personnellement. Vous verrez et sentirez qu'elle travaille / étudie votre cas entre les séances.

Ce témoignage vous a été utile? N’hésitez pas à témoigner en publiant un commentaire ci-dessous! Vous n’imaginez pas à quel point votre témoignage peut faire du bien à ceux qui vous lisent !